Logo Studio Développement Les Vikings Logo Studio Développement Les Vikings
icon-mail icon-phone
  • Sécurité
  • Développement

Comment choisir son hébergement web ? VPS, Dédié, Mutualisé, Cloud, comment s'y retrouver ?

Hébergement
Hébergement
développeur logiciel
devéloppeur front
studio de développement
nouvelles technologies
objets connectés
IoT

Article publié le : 04/06/2021 et modifié le : 04/06/2021

hebergement.jpg

VPS, dédié, mutualisé, cloud...
Comprendre les types d'hébergement est intéressant, mais ce qui est important est d'en comprendre les usages.
Pourquoi parfois un mutualisé suffit, pourquoi parfois vous aurez besoin d'un offre cloud + CDN.
Nos retours de professionnels.

Les types d'hébergement que nous allons détailler, avec les avantages et inconvénients : 

  1. Hébergement mutualisé
  2. Hébergement VPS
  3. Hébergement - Serveur dédié
  4. Hébergement cloud

Cet article s'adresse à des personnes dotées d'un niveau technique moyen : un technicien du métier n'y apprendra rien, mais une personne totalement externe au sujet risque de ne pas comprendre.

I - Les hébergements mutualisés

Ces hébergements sont les plus répandus.
Ils sont les moins coûteux et les moins performants : le principe est de prendre un serveur et d'y mettre un grand nombre de sites, pour rentabiliser le coût machine et l'infogérance.

Le principe est simple : la quantité de ressources du serveur est partagée entre les différents sites qui vont en consommer. Donc, si plusieurs sites sur un même serveur reçoivent un afflux de visiteurs en simultané, le site verra ses performances décroître - pouvant aller jusqu'à une impossibilité temporaire de délivrer le contenu et/ou d'effectuer des actions.

Avantages des hébergements mutualisés : 

  • Le coût

Inconvénients des hébergements mutualisés : 

  • Les faibles performances
  • Les limitations dans le paramétrage et les accès côté serveur
  • Le partage des adresses IP : si par un exemple un des sites sur le même serveur mutualisé que vous effectue des campagnes de spam courriels, vous partagez son adresse IP et risquez également un black-listage de votre site par certains organismes (certains vont se baser sur l'IP serveur plutôt que l'adresse du site.)
  • Sécurité : si un site est compromis sur le serveur, les autres peuvent l'être également.

 

Exemple de signalement Google Page Speed Insights concernant un site sur hébergement mutualisé :

II - Les hébergements VPS

En préambule, à destination des plus techniques lecteurs, nous ne ferons pas la distinction VPS / VDS. Si le fonctionnement n'est pas le même, le principe de partition l'est.

Virtual Private Server ou Serveur Privé Virtuel, le VPS est la solution équilibrée entre le mutualisé et le dédié.

Il s'agit de partitionner virtuellement une machine : votre site occupe une fraction d'une machine, mais la puissance qui lui est allouée est dédiée. Ainsi, même en cas d'afflux sur un site de la même machine, les performances de votre site ne sont pas affectées.
Mais vous n'avez pas à supporter seul le coût d'une machine dédiée et de son infogérance.

C'est dans 85% des cas la meilleure solution pour héberger un site internet, qu'il soit vitrine ou e-commerce.

Avantages des hébergements VPS :

  • Les performances de votre hébergement ne varient pas selon les autres occupants du serveur (on ne rentrera pas ici dans la réflexion sur l'allocation dynamique pour l'optimiser.)
  • Sécurité : pas de passerelle entre les sites hébergés sur une même machine
  • Simplicité de migration entre espaces virtuels, par exemple mise en production depuis un espace de pré-production
  • La mutualisation d'une machine amène l'optimisation de ses ressources et la limitation du nombre de machines donc économies énergétiques : l'intérêt écologique est réel.
  • Les coûts sont limités puisqu'ils restent divisés entre plusieurs sites

Inconvénients des hébergements VPS :

  • Côté hébergeur, cela amène du travail de paramétrage en amont et d'administration en aval. Mais à la limite, ça, c'est notre problème ! #NousSommesHébergeurs
  • La virtualisation reste une couche logicielle additionnelle, donc on ne peut atteindre le même niveau de performance que sur un serveur dédié. C'est souvent le meilleur arbitrage coût / performance, mais parfois, une machine dédiée est nécessaire.
  • Sécurité : comme dans le cas d'un serveur mutualisé, si un site est compromis, cela peut affecter les autres sur la même machine. Mais comme le nombre de sites est bien inférieur, le soin et la surveillance apportés à chaque instance est plus important : le risque est faible et même s'il devait y avoir un problème, il serait traité rapidement.

 

III - Les hébergements dédiés

C'est votre machine.
Là, tout est dit : un hébergement par serveur dédié vous permet d'avoir votre configuration spécifique, et de bénéficier de toute la puissance de la machine : mémoire, puissance de traitement, bande passante, etc.  
Nous n'entrerons pas ici dans les considérations dédiés / semi-dédiés.

Chez Les Vikings, nous proposons des serveurs dédiés infogérés, c'est-à-dire que nous ne séparons pas la machine de sa gestion technique. C'est l'un des inconvénients des machines dédiées, elles nécessitent de supporter seul la charge technique d'infogérance du serveur - en plus des coûts de la machine.

Cela permet de rebondir sur un inconvénient qui, pour nous, n'en est pas un : la dépendance à une machine. 
Nos serveurs dédiés sont monitorés (surveillés) et si les performances viennent à diminuer, il s'agira de remplacer le matériel (compris dans le coût) voire de changer de serveur. L'inconvénient est donc plutôt de supporter le coût d'infogérance que l'usure de la machine.

Avantages d'un serveur dédié :

  • Avantage qui n'en est pas un : parfois c'est la seule solution pour certains sites à très fort trafic, avec des fonctions complexes (calculateurs, jeux en ligne, etc.) ou des configurations particulières, voire des parcs de serveurs dédiés fonctionnant de concert.

Inconvénients d'un serveur dédié :

  • Le prix, puisque les coûts de la machine, son alimentation, ses licences, sa sécurisation, ses sauvegardes, son infogérance sont à supporter seul.
    Ces coûts peuvent être importants (notamment les coûts main d'œuvre pour le paramétrage de la machine) et ils peuvent être

 

IV - Les hébergements cloud

Enfin, nous allons aborder l'hébergement "dans le cloud."

Sans langue de bois, c'est incompréhensible pour un profane : on ne voit que des données qui se promènent joyeusement un peu partout, une absence totale de limite physique, une sécurité à toute épreuve et l'avenir de toutes les technologies du 21e siècle.
Si on ajoute les mots blockchain, usercentric et bienveillant, on est aussi dans le top de la tendance.

Le mot cloud est souvent utilisé abusivement pour définir un des 3 types d'hébergement cité préalablement, au prétexte que "on peut y accéder depuis n'importe où, n'importe quand." Ce n'est pas la définition d'un hébergement cloud.
C'est plutôt la définition d'un hébergement distant accessible par internet.

Le cloud, c'est un principe technologique, où nous allons utiliser un réseau de serveurs plutôt qu'une machine unique.

Avantages d'un hébergement cloud :

  • Les performances sans limites.
    Ressort théorique & rhétorique, mais ces hébergements sont ceux utilisés par les très grosses plateformes pour cette raison. Aucune machine seule ne peut encaisser plusieurs millions de connexions et actions simultanées. Cette disponibilité de ressources ne sera utile qu'à 0.1% des entreprises, mais pour elles, c'est la seule solution.
  • Souplesse et possibilités d'hybridation : une plateforme e-commerce moyenne, mais avec des pics très importants ?
    Il est possible de concevoir une infra avec une machine dédiée et une bascule cloud pour encaisser les pics (ex : passages médias, événements, etc.)

Inconvénients d'un hébergement cloud :

  • Bien vérifier la localisation des serveurs. "C'est dans le cloud" n'est pas un justificatif, les données sont toujours hébergées / sauvegardées / redondées quelque part. Renseignez-vous sur cela, la transparence est souvent absente de ces propositions.
  • Le coût variable. Sans parler du montant, il sera souvent variable selon les ressources utilisées et devient difficile à anticiper.
  • Le coût plus important.
    En cloud, il faut penser redondance ou a minima répartition de charge notamment, ce qui implique de maîtriser la technique en amont, que ça soit du "fait main" sur le cloud, ou en utilisant les outils du fournisseur. Le niveau de connaissances requis est plus important (pour ne pas se faire entourlouper) et le coût main d'œuvre technique n'est pas négligeable - et plus important que pour les autres formules.

Conclusion :

Hébergement, serveur, bande-passante; ne sont pas des gros mots. Il est important de comprendre ces bases pour pouvoir choisir une solution adaptée à vos besoins présents mais aussi en cohérence avec vos objectifs. 

Il ne sert à rien de trop dépenser en infrastructure - ce n'est pas cela qui vous fera gagner de l'argent.

En revanche, ne pas dimensionner suffisamment votre infrastructure vous en fera perdre ; pénalités de référencement (Page Speed Insights de Google) , lenteurs de chargement voire indisponibilité de votre support.

Il est enfin bon de noter que l'infrastructure seule ne peut résoudre tous les problèmes : une plateforme lourde demandera plus de ressources à chaque visite, et pour ceux qui s'intéressent à la Loi de Moore, il est actuellement plus visionnaire de tabler sur de l'optimisation du code que sur l'augmentation des performances machine.

Kévin, Directeur associé

co-Gérant chez Vikings Technologies, mon cœur est voué aux paradoxes. Amour de la Technologie et de l'Histoire (de 793 à 1805), passion de la gestion et du potager. Accessoirement, une expérience de plus de 10 ans dans le domaine du numérique. Ce qui implique que j'en sais assez pour reconnaître que j'ai tout à apprendre.